finance en ligne

Le digital : bon ou mauvais pour la finance ?

Les transformations et les technologies numériques devraient être considérées comme une aide et non comme une entrave à des systèmes fiscaux équitables et efficaces, ont soutenu les participants à une conférence internationale sur la fiscalité à Munich, en Allemagne.

Les autorités fiscales du monde entier se débattent publiquement avec le défi d’adapter les modèles de collecte des recettes à une économie mondiale qui est continuellement remodelée à travers des technologies numériques transformatrices, selon ICC.

En mars, la Commission européenne a publié deux propositions législatives concernant la taxation des entreprises du numérique. Une foule d’autres pays, dont l’Inde, le Brésil, la Colombie et le Vietnam, planifient ou proposent de nouvelles taxes sur l’économie numérique. Un rapport récent de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a noté que plus de 110 pays travailleront pour parvenir à un consensus sur la taxe numérique d’ici 2020 dans le Cadre inclusif OCDE / G20 sur l’érosion de la base et le transfert des bénéfices.

La numérisation apporte des gains considérables aux administrations fiscales

Bien qu’ils soient souvent perçus comme une menace ou un défi pour la perception des recettes fiscales, les participants ont convenu que les technologies numériques peuvent également révolutionner le travail de conformité et d’enquête. L’OCDE, dans son rapport de 2018, montre que la numérisation a déjà eu un triple impact positif sur l’administration fiscale: améliorer l’efficacité de la conformité fiscale, améliorer les services aux contribuables et réduire le fardeau de la conformité fiscale.finance test

Par exemple, une plus grande quantité de données tierces à la disposition des autorités fiscales permet d’automatiser davantage les rapports, économisant du temps et de l’argent des deux côtés, et pouvant être utilisée pour lutter contre la sous-déclaration, l’évasion ou la fraude. Les logiciels d’enregistrement de données adoptés par plusieurs administrations fiscales qui enregistrent les données sur les ventes au moment d’une transaction – et peuvent être soumis directement aux autorités fiscales – ont déjà augmenté de 20% les recettes de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de certains pays.

Les modèles d’affaires numériques sont transformateurs, mais aussi omniprésents

La manière dont nous travaillons a déjà été numérisée à tel point qu’il est trompeur de «cloisonner» l’économie numérique de l’économie dans son ensemble. 95% des entreprises des pays de l’OCDE bénéficient d’une connexion Internet à haut débit et le volume de données créées dans le monde devrait doubler chaque année. L’émergence de nouveaux modèles d’affaires rendus possibles par les technologies numériques oblige toutefois les autorités fiscales à adapter leurs systèmes d’administration fiscale ainsi que leur approche de la fiscalité des entreprises digitalisées.

Internet permet aux entreprises d’évoluer sur les marchés mondiaux sans une présence physique significative, ce qui aide notamment les petites entreprises à exporter à un degré sans précédent. La numérisation s’accompagne souvent de l’importance croissante des actifs incorporels, tels que la propriété intellectuelle et les données.

financeMme Fabregas a noté que les propositions de la Commission européenne en matière de fiscalité numérique découlaient du fait que les règles fiscales actuelles ne sont pas adaptées à l’économie numérique.

Monika Wünnemann, responsable des finances et de la fiscalité à la Fédération des industries allemandes (BDI), a fait valoir que, parce qu’il est impossible de circonscrire l’économie numérique, «tous les secteurs seraient touchés par les nouvelles règles fiscales». Les règles proposées entraîneraient des charges administratives supplémentaires importantes et constitueraient un risque élevé de double imposition pour les entreprises.

Une approche globale est nécessaire pour adopter des règles fiscales dans le monde numérisé

  • Les propositions de la Commission européenne incluent l’introduction d’une taxe intérimaire basée sur le chiffre d’affaires (taxe de péréquation), où les entreprises seraient taxées sur la base des revenus plutôt que des bénéfices. Le rapport de l’OCDE examine également ces mesures provisoires et identifie les contraintes qu’elles présentent, mais ne les recommande pas spécifiquement.
  • Lors de l’événement, les participants du secteur privé se sont déclarés préoccupés par les inconvénients de telles mesures à court terme, telles que le risque de double imposition et l’augmentation des coûts de conformité et d’administration, ainsi que les seuils arbitraires de la proposition. taxe provisoire.

Alors que la numérisation présente de nouveaux défis et opportunités, les participants ont convenu que les principes d’un système fiscal équitable – cohérence, prévisibilité, neutralité – sont toujours aussi pertinents pour les pouvoirs publics et les entreprises et qu’une approche globale pour taxer une économie numérique mondialisée est ce que toutes les parties prenantes visent.